Converge: « Axe To Fall »

Comment ça tout le monde s’en fout de Converge en 2010 ? Tournées planétaires, signature sur Epitaph, surprésence au niveau 2.0: Converge est devenu une grosse machine, chose qui n’a échappé à personne. Un embourgeoisement qui n’a toujours pas affecté le style graphique du père Bannon, resservant encore la même recette au niveau de la pochette : prends donc n’importe quel artwork du groupe, rajoute un fond de couleur bleu/excrément et t’as ton compte.

Le Converge cru 2010 n’a donc rien d’exceptionnellement surprenant : Converge fait du Converge, rien de bien nouveau sous le soleil. Dans la continuité de No Heroes, Axe to Fall respecte en tout points la tradition bostonienne: riffs concassés et saignants, frappe sèche et double pédale vengeresse, variations entre voix de pourceau en phase terminale et pleurnicheries aphones. Le gros du contenu n’a pas vraiment évolué, le groupe reste sur ses acquis, malgré quelques tentatives accusant un manque grave de finesse et de classe, les solos un peu trop chevaleresques de Kurt Ballou et la masse d’invités quasiment inutile n’y étant pas pour rien. Certes, le groupe est toujours au taquet, mais on sent très vite que ces types commencent doucement à sortir des albums plus pour s’assurer d’avoir de quoi nourrir la famille le soir plus qu’autre chose, et c’est bien dommage, car le potentiel est là, certains riffs de Ballou sont toujours en haut du panier niveau décapitation et taillade de genoux, Koller tape toujours aussi fort et juste, mais, comme pour No Heroes, aucun morceau ne donne réellement envie de prendre sa boîte crânienne et de l’agiter frénétiquement d’avant en arrière vers un mur constitué de briques. Les mecs déroulent sans jamais proposer quelque chose de réellement nouveau ni atteindre les montagneux sommets de Jane Doe et You Fail Me, ce qui se révèle être d’une certaine tristesse tant ce groupe à pu traumatiser une génération de tatoués, à l’époque de Jane Doe…

Axe to Fall est quasiment calqué sur No Heroes, une première partie bourrine et d’une finesse toute relative, deux morceaux sensibles à base d’invités et de guitare tremblotante pour prouver que ces types ont un coeur, le tout s’est très légèrement thrashisé, la production est (trop) lisse, amère déception. Le groupe assure pourtant comme il faut en live, le dernier passage à Paris s’approchait réellement du mortel, mais définitivement, sur disque, Converge retient de moins en moins l’attention et commence à se répéter avec une inquiétante régularité.

Vinyl jaune laser pour moi, aucune idée s’il existe d’autres couleurs.

Converge - Unloved and Weeded Out (2003)

Converge – Axe to Fall (2010, Epitaph)

  1. Dark Horse
  2. Reap What You Sow
  3. Axe to Fall
  4. Effigy
  5. Worms Will Feed
  6. Wishing Well
  7. Damages
  8. Losing Battle
  9. Dead Beat
  10. Cutter
  11. Slave Driver
  12. Cruel Bloom
  13. Wretched World
  14. On My Shield
Publicités

~ par Pacush Blues sur 30 mars 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :