Death To Pigs: « Carnal Carnival »

La France se réveille. De plus en plus d’excellents groupes germent sur notre territoire, accompagnés de labels toujours plus actifs et passionnés. Pas de liste, elle serait trop longue. Saches seulement que Death To Pigs fait partie d’entre eux. Pourquoi? Simplement parce que ces types jouent pour leur bon plaisir, sans se prendre la tête, ni rechercher une reconnaissance bidon. Celle-là, on a déja dû te la servir des milliers de fois, mais quand un groupe te sors son premier long format uniquement en vinyle, tu peux te douter que le filon est bon. Le CD, ça pue, c’est moche, c’est en plastique; ces gens sont réac’, c’est leur choix, c’est surtout un bon choix. Un premier 7″ lâché dans la nature, et voici le premier LP qui déboule sans crier gare, avec son Saddam Hussein à poil occupant la back-cover. Mauvais goût? Une légère pointe d’humour, fine et élégante, qui transparait également dans les titres de morceaux: « Burn, Corsica, Burn », « Priapism Holocaust », « Operation Sex Change »… Pour le reste, c’est directement dans ta face que tu le ressens. Voix, guitare, basse et batterie: aucun instrument ne se taille la part du lion, tous sont au même niveau, ensemble, pour tirer ces fusées cocaïnées à vitesse grand V. Guitare? Abrasive, aiguisée, raclante, sortant riffs vicieux sur riffs vicieux, te nettoyant le conduit auditif au besoin, insaisissable. Ce que tu saisis par contre, où plutôt ce qui te pète à la gueule, c’est le son de cette basse, absolument énorme dans le genre rouleau compresseur, pur style Rickenbacker. Reste l’homme derrière les fûts, au taquet, tabassant son kit aussi vite qu’il peut. Niveau vocal, le gonze tenant le micro s’en sort comme il peut, essayant de proférer ses insanités réjouissantes avec un débit aussi appuyé que possible. C’est rampant, vicieux, pervers, dépravé, jouissif. Les potards sont dans le rouge, tu danses comme un pingouin, mais le quatuor sait ralentir quand il le faut, rendant l’atmosphère encore plus étouffante, chevrotante. Seize bombes, autant dire que t’en as pour ton argent.

Death To Pigs – Carnal Carnival (2008, Gaffer Records/Down Boy Records)

  1. SS Slave
  2. Be Invisible
  3. Fat Free
  4. Dance (ESG)
  5. Smoke My Liban
  6. Mad Machine
  7. Burn Corsica Burn
  8. It’s Alive
  9. Big Sister
  10. Priapism Holocaust
  11. A Spit In The Washing Machine
  12. Alien Captor
  13. G Spot
  14. Operation Sex Change
  15. La Nuit Du Chasseur
  16. Carnal Carnival

Death To Pigs

Publicités

~ par Pacush Blues sur 19 mai 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :