Animal Collective + Pantha Du Prince @ L’Aéronef, Lille (19/03/09)

Posons immédiatement les faits tels qu’ils sont, pour que ça soit clair: je suis fan d’Animal Collective. Ajoutons à celà que j’ai frôlé la crise cardiaque en apprenant que Pantha Du Prince, que je considère comme l’un des meilleurs artistes techno actuels, faisait leur première partie pour cette tournée, et vous comprendrez deux choses: premièrement, je ne pouvais pas rater ce concert, et deuxièmement, il m’est impossible d’être objectif ici – comme d’habitude, en fait.

L’Aéronef ouvre ses portes aux alentours de 20h, mais c’est aux alentours de 20h30 que les lumières s’éteignent et que Pantha Du Prince prend place derrière tout son matériel. Et le début du concert est franchement surprenant: on est plus proches des expérimentations de Lucky Dragons que du label Kompakt! Pantha tape avec une petite baguette sur un tas de petits objets aux sons scintillants, des sortes de petites cloches, dont les sons sont ensuite bouclés. Une atmosphère se construit progressivement, des rythmiques déconstruites se mettent lentement en place, et puis soudain, le « boum boum boum boum » monte, et c’est parti pour 40 minutes de techno minimale. Et bon sang, ce gars-là est doué. C’est à la fois incroyablement dansant (ces kicks! ces basses!) et planant (ces nappes ambientes qui enveloppent le tout!), et ça ne faiblit jamais. Le set démarre sur un paquet de nouveaux morceaux qui laissent présager le meilleur quand au prochain album. Les morceaux sont tous enchaînés, et après les nouveautés du début du set, Pantha amène la terrible mélodie de Moonstruck, tandis que les monstrueuses basses se mettent en place. Le morceau est étendu, étiré, et complété, par rapport à la version album, par des nouveaux éléments, comme des nappes lancinantes. C’est tout simplement imparable. Enfin, des vagues ambientes amènent le set sur le magnifique Butterfly Girl, extrait de Diamond Daze, qui prend une toute autre ampleur en live: les passages techno deviennent vraiment hypnotiques, tandis que la beauté des breaks ambient est transcendée. Et le set s’arrête finalement aux alentours de 21h10. Pas de Saturn Strobe, tant pis, Pantha Du Prince a tout de même tenu toutes ses promesses en jouant un set prenant de bout en bout. Ce n’est donc pas ce concert qui va me faire revoir la musique de l’Allemand à la baisse.

Vingt minutes plus tard, c’est au tour du collectif animal de prendre la scène. Depuis l’an dernier, leur visuel a changé: les barres de lampes qui étaient situées dans le fond de la scène n’y sont plus; en revanche, toutes les tables sont drapées de blanc, mais des lumières situées en dessous permettent de leur donner une couleur, tandis qu’un drapeau à l’effigie du dernier album trône dans le fond de la scène et qu’un grand ballon sur lequel des projections sont faites surplombe la salle. Le groupe attaque avec son nouveau morceau, What Would I Want Sky, que j’avais déjà entendu sur bootleg mais pas encore en live: le morceau tient ses promesses, les bribes de voix qui sont ajoutées sur la partie planante du début du morceau s’y intègrent parfaitement, tandis que la seconde partie, tournant autour du sample vocal donnant son titre au morceau, est décuplée par la puissance du live. Le groupe enchaîne avec le classique Leaf House, puis avec Summertime Clothes, deux morceaux qui n’ont pas changé depuis l’an passé. En revanche, sur Summertime Clothes (anciennement Bearhug), le principal point faible du concert se fait sentir: un son un peu trop brouillon, qui rend les voix presque inaudibles dans les aigus sur ce morceau, et les basses beaucoup trop fortes – ce que je craignais, l’Aéronef n’ayant pas une très bonne réputation en la matière, ce que j’ai notamment pu vérifier au concert de Joseph Arthur il y a une quinzaine de jours; cela dit, j’ai lu le même genre de critiques sur d’autres concerts de cette tournée, donc la faute ne vient peut être pas complètement de la salle. Le son s’améliorera par contre par la suite, ce qui n’est pas pour me déplaire. Bref. Le groupe joue ensuite une série de morceaux que je n’avais pas eu l’occasion d’entendre l’an passé: la nouvelle version électronique de Slippi, tout aussi efficace que sa version plus acoustique sur album, puis le psychédélique Lion In A Coma et son intro à coup de samples de cloche (encore meilleur que sur album), et enfin le splendide Daily Routine, dont le coda est ici étiré sur de longues minutes sans lasser. Le jeu de lumières fait des merveilles, toutes les tables changeant de couleur quinze fois par seconde, renforçant le côté hypnotique du morceau. Après la seule interruption du set, le fantastique Guys Eyes est joué, toujours aussi hypnotique (lui aussi) sur sa partie centrale, suivi de In The Flowers, qu’il est étrange de trouver à cet endroit du set – sans pour autant diminuer son effet -, puisque ce morceau fait plus généralement office d’introduction. Et puis, c’est parti pour 18 minutes de transe avec la nouvelle-nouvelle-nouvelle-nouvelle version de Fireworks, alias « le morceau qui ne cessera jamais d’évoluer »: le morceau n’est plus mélangé avec Essplode, en revanche il se dote d’une furieuse introduction distordue, avec des basses qui font vibrer toute la salle, d’une ambiance plus sombre à mon goût dans un premier temps, et surtout d’un jam central monstrueux, sur lequel le jeu de lumières fait encore des ravages, qui ne cesse de monter en puissance, en particulier lorsque les basses se relancent… avant de retomber sur ses pattes avec la dernière partie du morceau. De toutes les versions du morceau, il s’agit peut être de ma favorite, le jam de guitare étant vraiment exceptionnel, et tous les éléments s’enchainement à merveille. Enfin, pour conclure cette première partie de set, l’inévitable Brother Sport, toujours aussi prenant – le public s’en donne d’ailleurs à cœur joie, et tant mieux! -, accompagné de projections qui lui vont plutôt bien. Le groupe quitte la scène, puis revient bien vite sous les acclamations du public (plutôt nombreux, même si moins conséquent que je ne le pensais) pour jouer le morceau le plus expérimental du set, Banshee Beat. Si la version studio, sur Feels, laisse parler le côté « tribal » du morceau, dans cette nouvelle version, c’est la face ambient qui s’exprime: toutes les percussions sont supprimées, laissant place à une longue nappe planante, sur laquelle Avey déclame lentement le texte du morceau – même si je préfère tout de même la version album, celle-ci présente également ses charmes. Enfin, pour finir, My Girls, tout simplement remarquable.

Il est 23h10, le temps de passer par le stand merchandising pour me procurer le T-shirt en vente et le poster de la tournée (et oui), de rejoindre le métro, le constat est clair: malgré les quelques problèmes de son (il parait qu’il allait aussi beaucoup trop fort, même si je ne l’ai personnellement pas forcément senti), Animal Collective a encore livré un set prenant, intéressant, excellent, de bout en bout.

Setlist:

  1. What Would I Want Sky
  2. Leaf House
  3. Summertime Clothes
  4. Slippi
  5. Lion In A Coma
  6. Daily Routine
  7. Guys Eyes
  8. In The Flowers
  9. Fireworks
  10. Brother Sport
  11. Banshee Beat
  12. My Girls

Myspace: Animal Collective
Myspace: Pantha Du Prince

Publicités

~ par SyrFox sur 20 mars 2009.

Une Réponse to “Animal Collective + Pantha Du Prince @ L’Aéronef, Lille (19/03/09)”

  1. Je tombe ici par le bienheureux hasard des liens de ce talentueux « cesrrr », et la catégorie Animal collective m’attire immanquablement le regard. Et quelle joie en lisant « Animal collective & Pantha du prince ». L’envie de hurler « J’y étaiiiis » &cie. Merci, merci de faire vivre ce fabuleux concert une seconde fois, de donner le titre des quelques morceaux du trio que je n’avais pas su reconnaitre, et ces précieuses informations sur Pantha du Prince, petit génie que j’ai découvert ce soir là. Excellente review.
    (J’y étaiiiiiis, aaaaah.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :