Efdemin: « Efdemin »

41rvgixanrl_ss500_Tout comme Pantha Du Prince, Efdemin nous vient d’Allemagne, de Berlin pour être précis. Comme Pantha Du Prince, Efdemin est signé sur Dial Records, distribué par Kompakt. Et toujours comme Pantha Du Prince, Efdemin donne dans la deep house, ou techno minimale, ou microhouse, enfin comme vous préférez.

Toutes ces comparaisons ne sont bien évidemment pas sans intérêt, puisque cet éponyme de très bonne facture fait écho au chef-d’œuvre This Bliss, paru quelques mois avant (This Bliss est le DIALCD09, Efdemin le DIALCD10): ainsi, si les réfractaires aux rythmiques qui tapent sur tous les temps pourront passer leur chemin, ceux qui avaient apprécié ce disque exceptionnel devraient ici retrouver leurs marques.

Pour autant, limiter ce disque à un simple rip-off du Prince serait absurde: loin de la banalité de certaines productions du genre, Phillip Sollmann (car c’est son nom) tire son épingle du jeu avec un parti pris résolument plus hypnotique que Pantha du Prince, moins basé sur des mélodies aériennes en contraste avec des basses profondes que ce dernier, et plus axé sur des boucles de sons simples, souvent délayés (oh le joli mot) sous de faibles couches de reverb – promis, j’arrête là les comparaisons avec qui vous savez, mais c’est que This Bliss est vraiment génial; bref.

Pendant plus d’une heure, l’Allemand va donc nous baigner dans une techno qui se fait à la fois presque abstraite, dansante et pourtant bourrée d’émotions (tout aussi opposées que ces trois notions puissent paraître): sur le classique beat « four to the floor » viennent parfois se poser des touches discrètes d’electronica, en forme de rythmiques flottantes, et surtout ces boucles répétitives et obsédantes, enfumées, qui viennent se scotcher dans votre inconscient pour ne plus en sortir, sans jamais perdre l’attention de l’auditeur. Ca pourrait paraître épuisant, mais ça ne l’est jamais: profondément humaine, la musique d’Efdemin, évoluant doucement, s’étirant toujours sur au moins six minutes par plage, distille un charme indéniable, tout au long de ces onze morceaux éthérés.

Si l’album s’ouvre sur un sympathique Knocking At The Grand, il va ensuite globalement gagner en qualité morceau après morceau, et ce dès le joli Lohn & Brot qui suit (dommage qu’il soit un peu diminué en frôlant la faute de goût avec des synthétiseurs un peu trop désuets dans son final): et le disque présente, dès le  troisième morceau, mais surtout à partir de la troisième piste, Back To School, une succession de titres superbes, intéressants de fond en comble, atmosphériques, ambient, jusqu’au coup d’éclat final: Bergwein, fabuleuse pièce finale de cet éponyme, capable de vous tirer des frissons durant presque huit minutes. Porté par des synthétiseurs déchirants, bien plus mélodiques que dans le reste du disque, Efdemin nous y offre aussi un développement parfait: le break central intervient quand il faut, la nouvelle structure se construit au rythme idéal, le beat se fait de plus en plus fort, les nappes initiales reviennent, et c’est tout simplement l’une des plus belles perles electro de ces dernières années qui se dévoile. Bergwein est une superbe composition, qui pourrait faire oublier l’idée encore bien trop présente que la musique électronique, et plus précisément la techno, est nécessairement inhumaine.

Tout n’est pas ici parfait, bien sûr, mais Efdemin nous livre malgré tout ici un premier album de très grande classe, dansant et beau à la fois, mélancolique et groovy, aux constructions irréprochables, et atteignant parfois des sommets d’une qualité impressionante (« Further Back », « Stately, Yes. », « Le Ratafia »), et culminant sur le génial Bergwein (à écouter absolument!), point d’orgue parfait à une telle œuvre. Notons enfin que le tout est emballé dans un très joli et très sobre packaging, et vous comprendrez pourquoi j’attends la suite discographique de l’Allemand avec impatience.

Efdemin – Efdemin (2007, Dial Records)

  1. Knocking At The Grand
  2. Lohn & Brot
  3. Le Ratafia
  4. Acid Bells (Album Version)
  5. Back To School
  6. Stately, Yes.
  7. Further Back
  8. Salix Alba
  9. April Fools
  10. Bergwein

Myspace: Efdemin
Vidéo non-officielle: Efdemin – Bergwein (le son n’est pas de la meilleure qualité sonore possible, mais la vidéo très bien réalisée)

Publicités

~ par SyrFox sur 17 janvier 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :