Boards Of Canada: « Music Has The Right To Children »

Boards Of Canada construit une musique hors du temps. Ça parait prétentieux dit comme ça, et en plus, ça ne veut pas dire grand chose. Mais comment définir, présenter, parler d’une musique qui vous touche si profondément? Difficile. Mais vous vous doutez bien que c’est ce que je vais tenter de faire, sinon, vous ne seriez là en train de lire mes inepties. Bref. BOC est un duo écossais (Michael Sandison + Marcus Eoin) en activité depuis 1995. Ils oeuvrent dans le milieu électronique et sont signés sur le label Warp, sur lequel réside des gros poids lourds de l’electro tels qu’Aphex Twin ou Autechre.

Boards Of Canada construit une musique hors du temps. C’est vrai, quoi. « Music… » est sorti en 1998. Il aurait pu sortir en 2008, ça n’aurait fait aucune différence. Cet album fait partie de ceux sur lequel le temps n’a aucune emprise. Chaque piste est porteuse d’un voile mystérieux, comme si elle ne voulait pas se révéler immédiatement à son auditeur. Comme si s’offrir totalement à lui nuirait à la puissance émotionnelle du tout que représente cet album. On est donc dans l’obligation de se révéler, d’accepter que ce soit la musique qui nous guide, et non l’inverse. Obligé de réécouter encore et encore les 71 minutes que constituent « Music Has The Right To Children », pour pouvoir en pénétrer l’univers. Un univers construit sur un multitude de paradoxes qui contribuent forcément au mystère de l’oeuvre: enfantin mais inquiétant, joyeux mais nostalgique, accueillant mais tordu à la fois. Et c’est avec persévérance que ce monde s’offrira à nous, que les multiples connotations à l’enfance (l’artwork, les rires d' »Aquarius », les voix de « The Color Of The Fire ») révèleront alors l’immense sensation de nostalgie, de tristesse. Comme si on avait perdu quelque chose d’essentiel, et qu’on ne pourrait plus jamais la retrouver. Le plus incroyable est que ces types arrivent à faire passer autant d’émotions avec très peu de moyens. Less is more. Quelques notes sorties tout droits d’un synthé pourri, une boucle d’un beat hip-hop qui tourne, quelques bruits et samples non identifiés, et la magie peut opérer.

Vous ne voyez dans cette chronique qu’un fan transi qui essaye de vous transmettre l’adoration béate et débile qu’il a pour un groupe? Bingo! Bien sûr, on peut pinailler sur certains détails: interludes un peu décousus par rapport au reste de l’album, quelques longueurs… Mais cet album reste et restera à part dans le monde de la musique alternative. Une bulle, un coin qui permet de penser, de rêver, tout en restant attaché à la réalité. Un mystère. C’est ça finalement, Boards Of Canada. Un grand mystère.

Boards Of Canada – Music Has The Right To Children (1998, Warp Records)

  1. Wildlife Analysis
  2. An Eagle In Your Mind
  3. The Color Of The Fire
  4. Telephasic Workship
  5. Triangles And Rhombuses
  6. Sixtyten
  7. Turquoise Hexagon Sun
  8. Kaini Industries
  9. Bocuma
  10. Roygbiv
  11. Rue The Whirl
  12. Aquarius
  13. Olson
  14. Pete Standing Alone
  15. Smokes Quantity
  16. Open The Light
  17. One Very Important Thought
  18. Happy Cycling

Myspace: Boards Of Canada

Publicités

~ par Pacush Blues sur 4 septembre 2008.

Une Réponse to “Boards Of Canada: « Music Has The Right To Children »”

  1. Rien à rajouter, c’est exactement ça !

    Aucune musique n’arrive à me troubler à ce point, pourtant, il semble que peu de gens arrivent à percevoir la profondeur de Boc, est-ce réservé à une élite ?
    Faut-il avoir une oreille avertie ?..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :