Foals: « Antidotes »

[Foals+-+Antidotes.jpg]

Foals est en couv’ du NME. Foals joue au festival des Inrocks. Foals passe sur MTV2. Foals est hype. Mais la quintette d’Oxford n’est pas un pétard mouillé. Ces mecs ont une véritable identité, une véritable personnalité, quelque chose à défendre. De vraies valeurs musicales. Il n’y a qu’à lire une de leur interviews pour s’en convaincre, et un groupe qui ne met pas ses deux premiers singles sur son album ne peut pas être foncièrement mauvais!
Foals, c’est la rencontre improbable entre la rigueur du math rock (léger, le math rock, hein), la dynamique fiévreuse de l’afro beat, et la facilité d’accès de la pop. Forts d’une personnalité très marquée, les onze morceaux de cet album donnent furieusement envie de remuer du popotin. Oh non, pas comme on bouge mollement son derrière sur les faiblards et minables Franz Ferdinand, Rakes et autres Killers. Mais se secouer les gambettes avec une réelle passion, peut être pour évacuer toute la tension que combo met en place. Car la tension, ça, Foals est fortiche pour l’insuffler dans ces morceaux: section rythmique ultra référencée, syncopée, mais diablement efficace, doublé guitare à la « Don Caballero goes pop » , qui, si très travaillé, reste toujours accrocheur et pertinent… Et cette voix, Yannis Philipakis, véritable leader de la quintette, entre désir d’absolu et résignation mélancolique, amplifie toute la rage et l’intensité de ces onze morceaux, devenant un vrai guide à travers cet album. Plus généralement, la quintette joue avec une véritable passion, une urgence qui fait fourmiller les jambes, justement, pour danser, de cet air absent, en donnant des grands coup de pieds dans le vide et en imitant le batteur en pleine action (Oui, oui, c’est comme ça que je danse. Et j’ai l’air parfaitement con). « Antidotes » forme un tout, aucun titre n’est en trop. Je vous le disais, ce premier essai a une âme, a quelque chose à revendre, à prouver. En espérant juste qu’ils ne tombent pas du côté obscur de la force.

Foals – Antidotes (2008, Transgressive Records)

  1. The French Open
  2. Cassius
  3. Red Socks Pugie
  4. Olympic Airways
  5. Electric Bloom
  6. Balloons
  7. Heavy Water
  8. Two Steps Twice
  9. Big Big Love (Fig. 2)
  10. Like Swimming
  11. Tron
Publicités

~ par Pacush Blues sur 23 juin 2008.

Une Réponse to “Foals: « Antidotes »”

  1. […] Foals – Antidotes : Ne pas se fier à la hype puante autour de ce quintette d’Oxford, Foals propose une musique réellement intéressante, croisant des influences math-rock à un post-punk dansant, pour créer quelque chose de nouveau et frais, bien à eux. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :