Pantha Du Prince: « This Bliss »

This Bliss

Après quelques écoutes de ce second album d’Hendrick Weber, alias Pantha du Prince, compositeur allemand affilié à la techno minimale, on aurait tôt fait de le classer dans la catégorie des disques de techno aux grosses lignes de basse, sans grande émotion dégagée, et sans grand intérêt finalement. Et pourtant, si l’on persévère et que l’on prend la peine de donner à ce disque quelques chances supplémentaires, une autre facette apparait. Et le génie se révèle.

L’electro de Pantha du Prince se fait en réalité très émotionnelle, presque mélancolique par moments – mais cette mélancolie n’est pas toujours perceptible directement, en raison d’un côté finalement très abstrait. Une impression de vertige se dégage également de cet enchevêtrement de basses toutes plus sombres et graves les unes que les autres. L’album s’ouvre donc sur un Asha hypnotique à souhait, à la mélodie discrète, avant de laisser la place au titre le plus évident de l’album, mais aussi l’un des plus réussis: Saturn Strobe. Ce morceau (avec lequel j’ai découvert Pantha Du Prince), construit de beats technos et de nappes de claviers touchés par la grâce, est le plus mélodique du disque. On poursuit avec le plus lumineux Walden 2, qui s’étend sur plus de dix minutes, et à cet instant on se dit que le reste de l’album n’atteindra jamais le sommet que constitue Saturn Strobe. Grave erreur! Et Pantha Du Prince nous le fait comprendre dès le quatrième titre, Moonstruck. Pas d’introduction, dès la première seconde, une basse puissante comme pas deux vous prend et vous cloue au sol tandis que des sons très brefs constituent un semblant de mélodie. Et c’est tout simplement beau. Et addictif, puisqu’on y revient vite très souvent. L’album se poursuit alors en alternant ces passages plus calmes, voire proche de l’ambient par moments (par exemple sur Steiner Im Flug) à des sections techno de qualité (comme sur le très sombre White Out, plastique comme il faut, et sur Florac à partir de la mise en place de la rythmique), jusqu’à l’oppressant final, Paranoid Writings – Seeds Of Sleep, qui après une introduction ambiente, fait sans prévenir apparaitre un piano dépressif et éclatant de beauté.

This Bliss fait preuve d’une cohérence incroyable. On navigue ainsi durant presque 75 minutes dans un univers fondé sur des lignes de basse massives et des mélodies discrètes. On pourrait bien sûr reprocher un certain côté répétitif à l’ensemble (notamment au niveau des rythmiques qui sont souvent similaires), mais cela participe en réalité à la cohérence de l’ensemble, et Hendrick est un compositeur suffisament doué pour être constamment intéressant. Les morceaux s’étendent tous sur plus de cinq minutes (deux morceaux dépassent la barre des dix minutes), construits tout en microvariations: sans qu’on s’en rende compte, des changements, des nouveaux éléments, sont apportés pour faire évoluer l’ensemble, apportant de nouvelles couleurs, de nouvelles tonalités. C’est peut être pour ce côté progressif des morceaux que je ne peux m’empêcher de rattacher cet album, dans mon esprit, à Amber d’Autechre: un album aux mélodies sublimes, profondément humain, qui évolue par petites touches. J’extrapole un peu, certes… Quoiqu’il en soit, ce This Bliss apparait après quelques écoutes comme l’une des œuvres électroniques les plus intrigantes et les plus fascinantes de ces dernières années, un véritable plongeon dans un autre monde, aux contours flous, brumeux et sombres, dans lequel on n’a de cesse de vouloir retourner.

Pantha Du Prince – This Bliss (2007, Dial Records)

  1. Asha
  2. Saturn Strobe
  3. Walden 2
  4. Moonstruck
  5. Eisbaden
  6. Urlichten
  7. White Out
  8. Florac
  9. Steiner Im Flug
  10. Paranoid Writings – Seeds Of Sleep

Myspace: Pantha Du Prince
Vidéo non officielle: Pantha Du Prince – Saturn Strobe
Vidéo non officielle: Pantha Du Prince – Moonstruck

Pantha Du Prince

Publicités

~ par SyrFox sur 14 juin 2008.

Une Réponse to “Pantha Du Prince: « This Bliss »”

  1. […] pas sans intérêt, puisque cet éponyme de très bonne facture fait écho au chef-d’œuvre This Bliss, paru quelques mois avant (This Bliss est le DIALCD09, Efdemin le DIALCD10): ainsi, si les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :