Autechre: « Quaristice »

Quaristice

Un album d’Autechre est toujours fascinant, avant même son écoute. Les pochettes, les titres de morceaux, tout est fait pour donner à une œuvre un caractère mystérieux avant d’avoir mis le disque en marche. Quaristice ne déroge pas à la règle: on se noie dans le bleu profond de cet artwork, sur lequel on distingue le tracklisting, et même le code barre et les informations légales. A l’arrière, toujours ce bleu, agrémenté de deux carrés noirs et blancs. A l’intérieur, on trouve toujours ce schéma tricolore, et ce bleu, ce bleu omniprésent.

Mais parlons de la musique. Quaristice n’est certainement pas l’album si accessible que l’on nous avait annoncé. Bien sur, le duo revient ici à un son beaucoup plus mélodique que sur ses dernières œuvres, ouvertement expérimentales, presque uniquement basées sur des rythmiques toujours plus complexes (Confield et Draft 7.30 en particulier étaient des sommets de ce genre), et on trouve même ici des morceaux qui n’auraient pas dénaturé Amber (le chef-d’œuvre mélodique du groupe). Mais l’alternance de passages très mélodiques et de sections rythmiques, ajouté au nombre de morceaux, fait justement toute la difficulté de cet album: on ne peut jamais réellement savoir à quoi s’attendre. Les morceaux font généralement moins de cinq minutes, ce qui est très inhabituel pour Autechre qui nous avait habitué à de longues (dé)constructions progressives: ici, les idées sont exploitées de façon beaucoup plus courtes et les développements plus immédiats. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser cela est loin de faciliter la tâche pour l’auditeur qui se voit entraîné d’un paysage à l’autre sans avertissement: il est très difficile de cerner les différentes pistes et les premières écoutes sont très déstabilisantes.

Il faut donc un certain temps d’adaptation pour appréhender ce Quaristice. Car si certains morceaux, comme le binôme Tankakern / rale (la programmation de Tankakern, accompagnée d’une basse massive est imparable, les synthés stressants et le beat minimal de rale le sont tout autant), ou les morceaux aux rythmiques presque acid comme 90101-5|-| ou chenc9 qui nous rappellerait presque Aphex Twin, sont immédiatement efficaces, la plupart des vingt morceaux du disque ne se révèlent qu’après des écoutes répétées. Mais passé ce cap, Quaristice livre toute la beauté de ses paysages opaques, flous. Et l’on s’aperçoit de la profonde beauté des morceaux ambient comme l’introductif Altibzz, le nocturne Notwo ou le très sombre paralel Suns (le titre du morceau en lui même est splendide), des mélodies incroyables que recèlent des joyaux comme le magnifique Theswere aux accents chinois, le brillant Simmm aux sons rebondissants ou le mystérieux et déstructuré WNSN, qui mélange une mélodie étrange à une programmation electronica de très grande qualité. On se rend compte de la folie qui habite IO ou Perlence, par exemple, avec leurs mélodies malades. Ou encore que les pistes les plus electronica, ne sont justement pas de simples boucles complexes tournant en roue libre: des morceaux comme bnc Castl mais surtout plyPhon nous achèvent à coups d’assauts rythmiques, alors que Steels et Fol3 laissent une impression de vertige, avec ces sons sortant de nulle part. Autechre démontre également son talent pour trouver des rythmes déstructurés et pourtant donnant une envie immédiate de balancer sa tête en rythme (osez me dire que Pen Expers sur Confield n’était pas groovy!): The Plc ou fwzE par exemple sont vraiment très dansants… Au final, chacun des titres de ce disque révèle donc au fil du temps des qualités que l’on n’avait pas perçues lors des premières écoutes.

Plus qu’un disque d’electronica, c’est donc bien un grand disque de plus qu’Autechre nous livre ici avec ce Quaristice. Mystérieux, flou, beau, inquiétant, opaque, dansant, complexe, mélodique, abrasif, étrange, Quaristice est tout ça à la fois, et même bien plus. Un peu comme un laboratoire d’idées, ce disque nous emmène dans des contrées inexplorées (voire plusieurs en même temps par moment) en les enchaînant les unes après les autres, ce qui peut laisser un arrière-gout de mystère lors des premières écoutes, même si les morceaux plus accessibles permettent déjà de déceler des qualités au disque. Mais c’est vraiment en y revenant à de plusieurs reprises que vous découvrirez les vraies qualités enfouies dans ce voyage sonore. Le duo de Sheffield vient donc une nouvelle fois de publier un chef-d’œuvre, voire même l’un de ses meilleurs albums… Mais il est sans doute encore trop tôt pour en juger.

Autechre – Quaristice (2008, Warp)

  1. Altibzz
  2. The Plc
  3. IO
  4. plyPhon
  5. Perlence
  6. SonDEremawe
  7. Simmm
  8. paralel Suns
  9. Steels
  10. Tankakern
  11. rale
  12. Fol3
  13. fwzE
  14. 90101-5|-|
  15. bnc Castl
  16. Theswere
  17. WNSN
  18. chenc9
  19. Notwo
  20. Outh9X

MySpace: Autechre

Publicités

~ par SyrFox sur 2 avril 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :