Raccoo-oo-oon: « Is Night People »

Raccoo-oo-oon

Formé en 2005, Raccoo-oo-oon est un groupe déjà très obscur: on ne sait pas exactement qui sont ses membres, et sa discographie est plutôt floue, composée d’albums publiés sur des labels inconnus, réédités ensuite sur d’autres labels inconnus… Mais ceci ne doit en aucun cas détourner votre attention, car ce groupe la mérite largement. Et parmi ces albums méconnus globalement de très grande qualité, se cache surtout un chef-d’œuvre absolu, nommé Is Night People.

Is Night People

Au vu du nom du groupe et de la pochette, on suppose déjà, avant l’écoute, que la musique que l’on s’apprête à entendre ne sera pas de tout repos. Et pourtant, Is Night People s’ouvre sur des nappes de guitare dans un style ambient, très planantes, calmes et surtout surprenantes. Après un peu plus d’une minute d’intro, la batterie se met en place pour le second morceau et là l’aventure commence, les guitares se mêlent les unes aux autres, le chant se permet quelques effets de voix très années 60, tout se mêle. L’album va crescendo avec l’arrivée d’un Fluff Up Your Fur encore plus flou, où des bruits surviennent de partout, avec expérimentations diverses sur le chant, rythme tribal de batterie, avant l’arrivée d’une section où l’esprit d’Animal Collective n’est plus très loin, avec des parties percussions/chant accompagnées d’une guitare discrète qui nous ramènent droit vers Sung Tongs et autres bizarreries folk. Le morceau prend ensuite une teinte plus sombre et expérimentale, déstructurée et dissonante, qui nous amène logiquement à la plage suivante, Call Out Your Friends. Et à ce moment, la transe prend une autre dimension. Dès l’entrée, les percussions se font plus sombres et martiales, et l’ambiance devient beaucoup plus angoissante. L’arrivée de vagues de bruits et du chant lancinant ne font que rendre le tout encore plus oppressant. Le chant devient vite chamanique, céleste et plaintif, invoquant divers esprits alors que des percussions additionnelles viennent se rajouter au tout, la voix sonne comme une sirène d’alarme, et on a un peu l’impression d’être dans une tribu lançant un signal de détresse, annonçant un danger approchant. L’atmosphère se fait vraiment pesante, lorsque soudain tout s’accélère. Deux fois. On aura été prévenu. Car débute alors la terrassante deuxième partie du morceau, relâchement de toute la tension accumulée jusqu’ici. Une explosion qui s’exprime dès le riff dévastateur, dans laquelle un chant distant vient se noyer, avant que la distorsion ne prenne le relais pour nous achever, écrasant et détruisant tout sur son passage, dépassant peu à peu tous les autres sons, pour un final terrifiant et expérimental dans laquelle tout ce bruit est traité en vagues qui s’arrêtent avant de se rabattre à nouveau. Vous l’aurez compris, Raccoo-oo-oon signe ici le morceau le plus puissant de cet album, mais aussi, j’ose, l’un des plus puissants de ces dernières années (voire plus). Par la suite l’incantation part dans tous les sens, prenant une teinte plus colorée, avec Stamped From The Stump à la rythmique pleine d’écho et à l’explosion brève et imprévisible, avant une reprise en crescendo, puis un The Canyons Long Winding Words aux percussions dansantes, comme si le danger passé, toute la tribu se mettait à faire la fête, toute l’instrumentation (y compris le chant toujours incantatoire) tournant autour de la rythmique qui est le centre du morceau, même si on retrouve ici des sections très oppressantes, comme pour ne pas oublier ce que l’on a entendu quelques minutes plus tôt, avant de repartir sur une transe planante et larsenisée. Sur le final The Great Horn Of The Wilderness, le groupe se permet de nous sortir une noisy pop magnifique, avec un riff splendide et une voix diluée dans le mur de son, et même des apports de cuivres par la suite, donnant une teinte free-jazz.

Ici, Raccoo-oo-oon se libère donc de toute étiquette possible, s’affichant comme un nouveau partisan d’une ouverture musicale sans frontière, mais surtout, Raccoo-oo-oon nous livre ici un album grandiose, et contenant l’une des pièces musicales les plus impressionantes que l’on ait entendu durant cette décennie, Call Out Your Friends.

Raccoo-oo-oon – Is Night People (Release The Bats, 2006)

  1. Brain Loot
  2. Uh-Oh
  3. Fluff Up Your Fur
  4. Call Out Your Friends
  5. Stamped From The Stump
  6. The Canyons Long Winding Words
  7. The Great Hord Of The Wilderness

MP3: Raccoo-oo-oon – Call Out Your Friends

http://www.raccoo-oo-oon.org/

Publicités

~ par SyrFox sur 27 mars 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :