Ghost Exits: « Cincinnati Riot Blues »

En 1999, Christopher Exit et Ivan Sunshine, anciens membres d’un groupe de free jazz et d’un groupe de rock&roll, forment un nouveau projet, Ghost Exits, plus orienté electro. Le groupe reste très confidentiel, puis un début de buzz apparait suite à des performances lives exceptionnelles en 2002, 2003, et le groupe publie finalement son premier EP sur The Social Registry en 2003. Malgré tout, le groupe reste inaperçu et son public très restreint. Le groupe splittera dans l’indifférence générale quelques mois plus tard (… avant de se reformer de façon imprévisible en 2007!). Quelle injustice! Car cet EP, Cincinnati Riot Blues, aurait mérité un succès gigantesque, au moins autant que le Losing My Edge de LCD Soundsystem. Le groupe y dévoile en effet une musique unique et quelque peu expérimentale, aux confins de l’electro, du hip hop des années 80, de la no-wave, de la pop, du post-punk, voire de la noise, tout en restant parfaitement accessible (tous les titres auraient largement pu passer à la radio!), mais surtout quatre compositions (trois réellement, puisque She Is Beyond Good And Evil est une reprise de The Pop Group – je ne connais pas l’originale) brillantes, inventives et en permanence prenantes.

L’EP s’ouvre sur le riff de synthé hip-hop déstructuré de Crime, puis quelques secondes plus tard un chant très similaire à celui des Liars fait son apparition et donne un côté très dark et hypnotique au morceau. Plus loin, le groupe se permet une grosse incursion no-wave avec une explosion de guitares torturées et acides. S’en suit la fameuse reprise de The Pop Group, qui est absolument géniale avec ce synthétiseur festif et laid-back, cette voix triturée, le rythme planant: ce morceau nous rappelle l’ambiance qui se dégage des groupes de la scène « Madchester ». L’exceptionnel Cincinnati Riot Blues se met alors en place, puis l’EP se termine avec un Journey To The Center Of The Earth plus downtempo et dissonant, bâti autour d’une boucle de synthé hypnotique, qui rappelle directement Excepter.

Mais revenons au titre éponyme qui constitue la troisième piste de ce disque et qui se révèle, incontestablement, son meilleur morceau: un beat rigide mais groovy, qui attaque juste avant le premier temps et claque tous les deux mesures, des synthés hallucinants, un chant provocateur de slacker (encore une fois semblable aux Liars, mais aux Liars période They Threw Us All In A Trench And Stuck A Monument On Top pour le coup) dont le flow nous renvoie directement aux débuts du hip hop, une basse spatiale incroyablement funky qui sonne comme si elle venait d’une autre dimension. Ce titre est tout simplement une synthèse parfaite de toutes les influences du groupe qui parvient malgré tout à rester original. Un morceau qui aurait mérité toutes les faveurs du public tant il est implacable et imparable: il a de plus le potentiel pour plaire à de nombreuses catégories de mélomane tant le mélange d’influences est réussi: accessible et expérimental en même temps, mix parfait d’electro, hip hop, post-punk et autres. N’ayons pas peur des mots, il s’agit d’un vrai chef-d’œuvre.

Avec cet EP donc, en particulier son titre éponyme, Ghost Exits aurait largement mérité une hype comme celle dont a bénéficié LCD Soundsystem, et aurait du littéralement exploser auprès des critiques – et pourquoi pas du public au passage. Pour des raisons qui me paraissent inexplicables (peut être est-ce tout simplement du au label du groupe, ou à leur passé musical?), le groupe passera malgré tout outre les radars et restera comme un groupe méconnu (à peine 200 auditeurs sur Last.FM!) et comme l’un des secrets les mieux gardés de New York. Qu’importe le temps écoulé depuis la publication de ce disque, il est encore largement temps de le découvrir – la reformation du groupe l’an dernier étant une raison supplémentaire!

Ghost Exits – Cincinnati Riot Blues (The Social Registry, 2003)

  1. Crime
  2. She Is Beyond Good And Evil
  3. Cincinnati Riot Blues
  4. Journey To The Center Of The Earth

(deux premières photos par PUNKCAST, cliquez dessus pour accéder aux deux PUNKCAST du groupe)

Page Myspace du groupe

Publicités

~ par SyrFox sur 14 mars 2008.

Une Réponse to “Ghost Exits: « Cincinnati Riot Blues »”

  1. Ouaah je ne connaissais pas et vraiment merci de me l’avoir fait découvrir! Très bonne reprise du Pop group même si je préfère encore l’originale!
    En tout cas, je vous félicite pour ce blog très complet et très intéressant! J’espère que vous vous découragerez pas par le manque de commentaires (faut dire que vous avez pas choisis la musique la plus médiatisée et populaire!!).
    A très bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :