Double Leopards: « Halve Maen »

Halve Maen

Double Leopards est l’un de ces groupes issus de la frange la plus obscure de la scène new-yorkaise, la plus extrême aussi, à la discographie insaisissable pour cause de sorties abondantes et de collaborations innombrables avec d’autres artistes radicaux. A défaut de pouvoir tout écouter, j’ai donc décidé de m’arrêter ici sur ce double album, publié à l’origine en 2003 puis réédité en 2005.

Le premier regard sur les titres s’avère plutôt décourageant: Viking Blood, The Fatal Affront, on se croirait pour peu dans un disque de pagan viking metal. La magnifique pochette rassure heureusement vite l’auditeur qui pourrait être trompé par ces titres. Car de metal, il n’est ici pas question. Le terme de noise n’est pas non plus vraiment approprié. En effet, contrairement à ses confrères Mouthus ou Dead Machines (le groupe a déjà sorti des splits album avec ces deux groupes), Double Leopards ne s’applique pas à créer un chaos sonore impressionant, mais plutôt à dépeindre des paysages soniques troubles et fantomatiques.

Ainsi, tout au long de ces deux disques, des couches de sonorités inidentifiables se succèdent, créant une musique complètement ambiente absolument magnifique. Des nappes évanescentes se superposent les unes aux autres pour créer une sorte de monde parallèle halluciné et hallucinant, dans lequel le brouillard créé par ces différentes plages ou drones additionnés trouble toute vision ou audition. On pense distinguer, dans le fond, un piano ou une flûte, mais tous ces sons sont dilués dans le bruit environnant, dans ce déluge de son. Pour autant, ce déluge ne peut pas être décrit comme abrasif: nous avons ici affaire à du drone, une musique dans lequel le temps s’allonge, presque planante. Les structures s’enchevêtrent les unes sur les autres, donnant des constructions sonores impressionantes. Les 80 minutes de ce disque restent globalement dans la même tonalité, sombre, floue et mélancolique, et on ne peut donc pas réellement distinguer un morceau d’un autre ou en extraire un en particulier: Halve Maen s’écoute comme un tout.

Bien sûr, cette œuvre nécessite des efforts de la part de l’auditeur qui sera forcément déstabilisé par cette musique floue et aura besoin de temps pour s’adapter. Mais au bout de quelques écoutes, on devient complètement réceptif à cette musique qui se révèle en fait, loin d’être prétentieuse ou austère, pleine d’émotions. On se laisse submerger par ces vagues sonores, on croit rentrer dans une cérémonie tribale (par exemple lors de l’introduction de The Secret Correspondence 1), on frissonne à l’apparition de bruits complètement inattendus (par exemple, ce motif de percussion aigue à la toute fin de Viking Blood, lorsqu’on croit que le morceau est fini). Le temps semble s’arrêter, et la musique que l’on entend semble être une illustration sonore de sa pochette et de ses titres, comme si l’univers visuel qui accompagne la musique ne formait qu’un avec elle: comme dans les titres, l’atmosphère se fait mystérieuse. Comme sur la pochette, on s’imagine des motifs de fumée, un paysage nocturne, des apparitions spectrales.

Cette musique ne plaira pas à tout le monde, c’est une certitude. Pour autant, elle n’est pas si difficile d’accès que l’on pourrait le penser, et se laisser submerger par ce torrent sonore est une expérience dont on ne se lasse pas. Halve Maen est un chef-d’œuvre méconnu (malgré les très bonnes critiques qu’il a reçu à sa sortie sur les webzines professionels) méritant toute votre attention.

Double Leopards – Halve Maen (2003/2005, Eclipse Records)

  • CD 1:
  1. Sound Holes
  2. The Fatal Affront
  3. Druid Spectre
  4. A Hemisphere In Your Hair
  • CD 2:
  1. Viking Blood
  2. The Forest Outlaws
  3. The Secret Correspondence 1
  4. The Secret Correspondence 2
Publicités

~ par SyrFox sur 27 janvier 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :